Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Blog du Prix International de l'Innovation textile et de la Fondation Théophile Legrand - Fondation de France
Blog du Prix International de l'Innovation textile et de la Fondation Théophile Legrand - Fondation de France
Visiteurs
Depuis la création 46 190
Derniers commentaires
30 mars 2013

Les dates qui ont marqué la vie de Théophile Legrand (1799 - 1877), fondateur de l'industrie lainière en France

Les grandes dates de la saga Théophile Legrand

- 8 mars 1799 : naissance deLouis Théophile Legrand à Fourmies. Il est le descendant d’une famille fourmisienne, qui dès le XVIIIème siècle fabriquait le fil à dentelle, puis du coton.

 - 1806, 1807 et 1808 : décès de la mère, du petit frère et de la petite sœur de Théophile Legrand.

 - 1810 : construction par Louis-Joseph Legrand, père de Théophile Legrand d’un retordage de fils spéciaux adossé à une filature de coton (Filature dite « la vieille » détruite en 1896).

 - 11 novembre 1819 : Théophile Legrand épouse au Puy en Velay Hélène Joséphine Labilherie, dont il aura six enfants. Durant 5 ans, il prend la tête de la maison de commerce de son beau-père, décédé un an plus tôt.

 - Avril 1825 : création par Théophile Legrand de la première filature de laine à Fourmies. Elle était située dans le centre de Fourmies, qui comptait à cette époque 2 000 habitants.

- Octobre 1825 : Théophile Legrand équipe son usine de « pompes à feu » (les premières machines à vapeur).

 - De 1830 à 1860 : il améliore le système de dégraissage de la laine pour le rendre moins pénible aux ouvriers. Il ouvre des unités de dégraissage à Liessies (59) et à Anor (59) où les eaux sont plus abondantes. Au lieu de vendre le fil produit, il entreprend  de le faire  tisser lui-même, avec la création d’une filature et d’un tissage à Wignehies (59)

 - De 1838 à 1848 : Conseiller d’Arrondissement d’Avesnes-sur-Helpe

 - 1841 : construction du château Théophile Legrand dans le quartier de la Marlière à Fourmies

- De 1843 à 1877 : Conseiller Municipal de Fourmies. Bien qu’élu en tête à chaque élection, il ne brigue jamais la place de maire. Il laisse cette fonction à ses cousins Pierre Joseph et César Auguste Legrand.

- 1848 : il est nommé Commandant de la Garde Nationale

- De 1848 à 1852 : Conseiller Général du Nord du canton de Trélon, fonction au cours de laquelle il s’attache à sortir Fourmies de son enclavement, en prenant à bras le corps les dossiers des chemins vicinaux.

 1855 : médaille de Première Classe et reconnaissance mondiale de la profession à l’Exposition Universelle de Paris pour sa laine fine peignée « la trame 240 ». Il obtiendra de nouvelles récompenses pour des fils de laine toujours plus fins et résistants aux Expositions Universelles de 1862 et 1867.

 - 1856 : construction de l’Usine du Malakoff. Cette filature fut la plus importante de Fourmies jusqu’à la fin des années 1960. Elle a compté jusqu’à 700 salariés. 

 - 17 février 1857 : important incendie de sa première filature dénommée « la neuve »  ou « du Village ».

 - 1858 : projet de création d’une société de Secours Mutuel (qui se concrétisera en 1865, avec le soutien de son ami filateur et futur maire de Fourmies Edouard Flament)

 - 1858/1859 : Théophile Legrand équipe de semi-renvideurs puis de renvideurs son usine du Malakoff. Il lui adjoint ensuite un tissage mécanique qui lui permet d’augmenter sa production en améliorant la qualité. Il fait tisser dans le Cambrésis, à Maretz, Poix et Béthencourt, les tissus que ses machines ne suffisent plus à produire à Fourmies.

 - Juillet 1860 : il est entendu comme expert par la commission d’enquête du Conseil Supérieur de l’Agriculture, du Commerce et de l’Industrie dans le cadre de la renégociation du traité de commerce avec l’Angleterre.

 - 1863 : il a sous ses ordres près de 1700 ouvriers. Il cède à ses fils la gestion des établissements de Fourmies. Il achète un petit tissage à main à Glageon (59) et le transforme en une grande filature, à laquelle il adjoint un tissage mécanique important.

- 23 février 1864 : explosion d’une machine à vapeur dans son usine du Malakoff à Fourmies (4 blessés et 2 morts)

 - 1865 : décès de Paul, le dernier des fils de Théophile Legrand, sur la route du Bouscat, au retour d’un séjour dans les Pyrénées.

 - Juillet 1867 : l’Empereur Napoléon III remet les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur à Théophile Legrand. Cette récompense salue à la fois l’industriel éclairé et infatigable, autant que l’homme généreux qui participe à la mutation de sa ville.

 - 1869 : le chemin de fer arrive à Fourmies (Ligne Calais-Lille / Strasbourg). Fourmies sort de son enclavement, sous la pression des chefs d’entreprises et de Théophile Legrand.

 - 1874 : création de la « Société du commerce et de l’industrie lainière de la région de Fourmies »

 - 31 mai 1877 : mort de Théophile Legrand. Il lègue aux pauvres une rente perpétuelle sur l’État. « Le Journal de Fourmies » lui accorde à sa mort le surnom de « Père du peuple ». Fourmies compte 11 888 habitants.

 Historique réalisé d’après les recherches effectuées par Jean-Louis Chappat, biographe de Théophile Legrand

Publicité
Commentaires
Blog du Prix International de l'Innovation textile et de la Fondation Théophile Legrand - Fondation de France
  • Découvrez toute l'actualité du Prix International Théophile Legrand de l'Innovation Textile organisé par la Fondation Théophile Legrand, sous l'égide de la Fondation de France et de l'UIT, par l'Agence SP&C / Paul Schuler à Fourmies.
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
Publicité
Archives
Newsletter
Publicité